Critique du manga .Hack SIGN

Résumé :

En 2007, l’alliance de la technologie virtuelle et de l’internet permet aux surfeurs de jouer à « the world ». Ce jeu, médiéval et fantastique, leur permet de s’immerger dans un monde tout autre que celui dans lequel ils vivent, ou le reseau a été bloqué pendant deux ans. Au sein de ce paysage de magie, de combats, de monstres et de trésors, se retrouve Tsukasa, jeune joueur introverti et solitaire. Celui-ci ne se rappelle plus sa vie d’avant et prend vite conscience qu’il ne peut plus se déconnecter du jeu.
Un peu plus tard, un but se dessine dans « the world », celui de la « Key Of Twilight ». Cet objet, d’une puissance inestimable, serait cachée quelquepart dans le jeu…

Tsukasa tentera donc de résoudre toutes ces énigmes, en échappant aux poursuivants et à leurs interrogations, et de prendre le contrôle d’un gardien meurtrier, représenté par une voix mystérieuse, qui semble porter un grand interêt au jeune homme…

Critique :

.Hack//Sign donne une vision depuis l’intérieur d’un monde totalement virtuel, on ne voit que très peu le monde réel (lors des souvenirs d’enfance de Tsukasa par exemple). Les joueurs ne sont ici vus que comme des personnages du jeu, leur vie quotidienne étant par ailleurs occultée par le jeu dans lequel ils évoluent avec des motifs propres à leur personnalité dans la vie réelle.
Dans cette série, beaucoup de questions sont posées, notamment sur la part du réel dans le virtuel. Mais ce sont aussi des questions d’ordre existentiel qui sont proposées ici. Ainsi .hack//sign se révèle être beaucoup plus une série de réflexion qu’une série d’action heroic fantasy (déconseillée aux amateurs de Naruto, Bleach, et autres mangas hyper dynamiques).

En effet, d’un point de vue technique, c’est beau, fluide et d’une grande qualité, la musique est d’ailleurs LE point fort de la série ( OST signée par Yuki Kajiura, également compositeur de l’OST de Noir), mais il ne faut pas s’attendre au grand dynamisme que l’on pourrait attendre de cet anime. Le scénario est assez lent et la trame est elle aussi lente à démarrer. En somme, si vous aimez les séries empreintes de réflexions existentielles, .Hack//Sign est fait pour vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *